Une histoire plus que centenaire bien au cœur de la région verviétoise…

 

A l'occasion de la construction du barrage de la Gileppe, commencée dans les années 1865 à 1870, un ingénieur des mines, originaire de la région de Charleroi, C. Moulan, a participé aux travaux et a conçu les plans du projet hydraulique de l'ouvrage d'art ainsi que les plans des conduites servant à amener l'eau du barrage à Verviers. A ce moment il n’existait pas de distribution d'eau à Verviers, mais uniquement des fontaines publiques et des puits. Les usines s'établissaient le long de la Vesdre afin de se trouver à proximité des points d'eau indispensables au travail de la laine. L'inauguration du barrage en 1875 allait apporter à la ville de Verviers un essor économique sans précédent depuis la mécanisation des machines textiles.

Cet ingénieur, C. Moulan, conseilla à ses deux neveux, Louis et Théodore, de venir travailler à la construction du barrage. Aussitôt fait, ils prirent pension dans une famille verviétoise, la famille Barbière, qui possédait une maison de roulage. Ils firent la connaissance de Marie et Joséphine Barbière qu'ils épousèrent peu après.

En 1869, Louis Moulan et son épouse fondèrent un négoce de quincaillerie industrielle rue Crapaurue dans la maison appelée actuellement "Maison Moulan". Dans un premier temps, Théodore Moulan aida son frère et sa belle-sœur dans leur commerce. Ensuite, après son mariage avec Joséphine Barbière, il s'installa à son compte vers 1882, rue Xhavée n°8 où il fonda un commerce de tuyauterie raccords et robinetteries complètement indépendant du commerce de son frère et orienté exclusivement dans les tuyauteries pour l’eau, le gaz, la vapeur, l'industrie et le bâtiment.

A son début, la firme travaillait presque exclusivement par importation. Aucune usine à tubes n'était installée en Belgique. Ce n’est qu’un peu avant la première guerre mondiale que fut fondée la première usine à tubes : "Les Tubes de la Meuse" à Liège.

L'épouse de Théodore Moulan, Joséphine Barbière, secondait activement son mari, et à ce moment ils occupaient un ouvrier. Tout le travail des tubes (filetage et mise à longueur) se faisait à la main, car à cette époque on ne connaissait pas encore la soudure.

Trois fils naquirent de l'union de Théodore et Joséphine Moulan : Théodore, Léopold et Armand. Théodore s'installa comme plombier, Léopold entra dans l'affaire au début du siècle et Armand fit des études d'ingénieur mécanicien.

Théodore père, le fondateur, mourut en juillet 1914 à l'âge de 70 ans et son fils Théodore s'occupa alors de l'affaire avec sa mère et son frère Léopold qui mourut en 1919 (39 ans). Son frère Armand le remplaça.

En 1919, la famille établit la société en S.N.C. (société en nom collectif) pour une durée de 25 ans : "SNC Vve. Th. MOULAN" dont les dirigeants étaient Mme Vve. Th. Moulan et ses deux fils, Théodore et Armand.

La famille de Léopold Moulan, décédé peu avant, conserva longtemps des intérêts dans l'affaire. A cette époque, les bureaux étaient installés rue Xhavée n°8 et les magasins au n°22 dans une partie des entrepôts de la maison de roulage Barbière.

En 1932, Mme Vve. Th. Moulan mourut à l'âge de 80 ans et jusqu'à ses derniers moments, elle s'intéressa à la firme. Très fréquemment, elle recevait les clients dans la cuisine, où elle leur servait le café. Après le décès de la fondatrice, les bureaux et les magasins furent regroupés au n°22 rue Xhavée. La firme prit de l'extension et elle occupait alors un personnel de plus en plus nombreux : une dizaine de personnes juste avant la guerre 1940-1945. Les tubes arrivaient par wagons en gare de Verviers Ouest d'où ils étaient acheminés dans les magasins à l'aide de charrettes et chevaux et distribués à la clientèle en charrettes à bras (ou chevaux).

Malgré les difficultés, la période de 1940-1945 fut franchie sans trop de dommage, et la génération suivante prit le relais : René Moulan en 1942, Maximilien Degey, gendre de Théodore Moulan en 1945, et Théodore Moulan (3ème du nom) en 1947. René et Théodore sont tous deux fils de Armand Moulan.

En 1944, la S.N.C. devait être soit prolongée, soit transformée. Mais, à la suite de la guerre, des prescriptions légales autorisaient la prolongation de cinq ans de cet acte juridique.

C'est en 1949 que fut créée la S.A. actuelle "Ets. Vve. Th. MOULAN", pour une durée de 30 ans qui a été prolongée en 1974 pour un nouveau terme de 30 ans et en 2004 pour un terme indéfini. Les enfants des fondateurs ont tenu en 1949 à conserver la raison sociale de la S.N.C. en hommage à leurs parents.

En 1950, la société acheta à la dernière descendante de la famille "Barbière", les bureaux et magasins du 22 de la rue Xhavée qu'elle occupait depuis des dizaines d'années. En 1952, Théodore Moulan (2ème du nom) décédait.

L'année 1955 fut celle de l'achat de la première camionnette pour la livraison à la clientèle. Jusqu'alors, les transports se faisaient uniquement par l'intermédiaire d'un transporteur privé. En 1956, le service comptabilité adopta la mécanographie. En 1957, la société acheta et transforma un autre immeuble rue Xhavée pour le département boulonnerie. Peu après, Monsieur Armand Moulan cessa ses activités professionnelles pour raison de santé, il décédait en 1967. En 1962, ce fut enfin le grand déménagement des bureaux et magasins de la rue Xhavée vers la rue aux Laines.

En 1970, par suite de l'extension des affaires, les locaux de la rue aux Laines devinrent trop exigus, de même que l'accès des gros camions qui provoquaient de sérieuses perturbations. C'est à ce moment que se négocie l'implantation au zoning de Petit-Rechain, avec l'achat d'un terrain de 18.000 m2 qui se réalisa en 1972. Sur celui-ci, on fit construire durant l'année 1972 des halls de stockage d'une superficie de 6.300 m2.

Depuis quelques années, la continuité est assurée par la quatrième génération, en l'occurrence Jean Degey, fils de Maximilien Degey et René Moulan, fils de René Moulan ... et la cinquième génération collabore dès à présent par un travail très actif et porteur d'avenir.


La société a connu durant les années 2003/2004 un profond bouleversement par la construction d'un nouveau bâtiment de 2.700 m² sur le site du zoning de Petit-Rechain. Ainsi de verviétoise, la société est devenue hervienne par l'installation des bureaux et de l'entièreté du stock en une implantation unique.

La société s'inscrit donc au cœur du tissu social et économique verviétois. Elle emploie à présent trente-huit personnes. Elle travaille avec le même esprit de solidarité et de fidélité qui a animé les fondateurs. Ce sentiment de solidarité s'exprime non seulement vis-à-vis du personnel oeuvrant au sein de la société mais aussi par son grand souci caritatif dans des opérations régionales et internationales.
 

 

Partager
 

Mot de passe oublié ?

Changer votre mot de passe